top of page
VIVISANE.jpg

Viviane Roeth

Elle aime les voyages. Dans ses romans, elle traverse parfois la Lorraine, sa région natale ou encore foule les terres Irlandaises puis part en Écosse au son de la cornemuse.

Quelquefois, elle survole l'Atlantique, se pose à New-York puis, emportée par son élan va à la rencontre d'un pays fou et extraordinaire : le Sénégal.

Peu importe où elle se trouve, elle crée des personnages fictifs, leur invente une vie, des histoires parfois troublantes, drôles, ambiguës et touchantes. Dans son dernier et huitième roman, elle n'a pas hésité à percer les nuages pour découvrir ce qui se passait au dessus.

ALCAZAR.jpg

Tout va pour le mieux pour Willys Smitt : les affaires et sa vie sentimentale avec Kate sont au beau fixe. Ben, lui, s’interroge. Ni heureux ni malheureux, solitaire, il vit avec un passé qui le hante.

Kate est épanouie. Chef de cuisine au prestigieux Alcazar Hôtel, elle nage dans le bonheur en exerçant le métier de ses rêves. Pourtant, à Cleveland, dans cette Amérique torturée du début des années 70, il suffit d’un rien pour mettre à l’épreuve les corps et les cœurs.

Avec pour toile de fond, l’Alcazar Hôtel.

Viviane Roeth, auteure Lorraine, née en 1961 réédite une nouvelle version d’Alcazar Hôtel datant de 2017.

Elle se qualifie de “raconteuse d’histoires”. Ainsi, les personnages qu’elle crée et qu’elle décortique, habilement, sont tantôt détestables et drôles tantôt attachants ou lâches, mais jamais, ne laissent indifférent.

le moucheron et le lion.jpg

Une histoire qui, somme toute, pourrait être banale. Celle d’un homme égoïste, égocentrique qui du jour au lendemain se retrouve veuf.

Mais le personnage de ce roman n’est pas le quidam que nous croisons chaque matin en nous rendant au travail. Il est un auteur de romans à succès, riche, célèbre, beau, qui affectionne la nouvelle vie qui s’ouvre à lui. Pourtant, c’est sans compter sur l’imprévisible, cet infime petit moucheron qui, bien plus fort que nous tous, peut s’il le décide renverser qui bon lui semble, même l’invincible René.

Couverture ebook derriere la pluie.jpg

L’échec au bac, voici ce qui avait rapproché Agnès et Franck.
Un couple comme tant d’autres.
Pourtant, la jeune femme voit petit à petit son compagnon adopter un comportement étrange, s’éloignant d’elle.
Mais Agnès a un rêve et une volonté à toute épreuve pour surmonter ses complexes et donner un sens à sa vie.
Un soir de Nouvel An va faire basculer l’existence de la jeune femme. Plus rien ne sera jamais comme avant.
De Creutzwald à l’Irlande, en passant par la Bretagne, Agnès va reconstruire sa vie au fil de ses rencontres.
Car derrière la pluie se cache souvent un petit coin de ciel bleu.

Couverture unique Assis sur un banc.png

Un jour ou peut-être une nuit, trois hommes sont assis sur un banc au milieu d'un décor invariablement blanc, léger et aérien.

Où sont-ils ? Au firmament ? Probablement.

Au gré d'une déambulation dans ce lieu ressemblant à un lac infiniment calme et plat, sans début, sans fin, une variation de mouvement les interpelle.

Une brèche s'ouvre devant eux.
Curieux, ils s'y laissent glisser.
Une nouvelle aventure commence alors mais ils n'en savent encore rien.

le cafe de trop.png

Nous sommes bien loin d’une histoire d’amour entre ce couple de sexagénaires vivant sous le même toit.
Anna et Louis ont un lien de parenté très fort. Leur quotidien n’est pas toujours heureux mais il reste tolérable, jusqu’au jour où une machine à écrire va changer le cours de leur vie.
Il y a les bons jours, ceux où l’odeur d’une tarte aux pommes envahit la maison et les autres, les mauvais, que l’auteur décrit parfois de manière suggestive sur les feuilles sortant de cette machine.
La vérité côtoie le mensonge.
Mais qui sont réellement Anna et Louis ?

et sexuellement comment ca va.png

Alain n’a jamais anticipé les conséquences de ses actes. À cinquante-cinq ans, il fait encore preuve d’un incroyable manque de maturité. Totalement dépendant de son addiction pour le sexe, sa vie oscille entre les rencontres bâclées d’un soir et son métier d’inspecteur de police. Sa rencontre avec Nathalie va le déstabiliser. Ne souhaitant pas de relation sérieuse, lui le réfractaire à l’amour, il va s’enliser dans ses peurs et ses vices. Mensonges et tricheries vont devenir son lot quotidien. Il perd les notions de dignité et de respect, se laissant uniquement diriger par ses pulsions.
Pendant ses moments de lucidité, sa vie pathétique lui revient comme un boomerang en pleine face. Mais n’est-il déjà pas trop tard pour retrouver une existence dans laquelle il ferait la paix avec lui-même ? Contrairement à Charlemagne, le « héros » du roman précédent de Viviane Roeth, il est impossible d’avoir de la compassion pour Alain. Ses pulsions, son comportement en font un être méprisable, qui inspirerait plutôt la pitié ou le dégoût, c’est selon. L’auteur dresse un portrait dur de ce que peuvent être la misère et la dépravation humaines. Pourtant, et sans voyeurisme, on lit cette histoire en espérant que finalement, il y a peut-être de l’espoir.

confession.png

Charlemagne n’a pas toujours été gentil.
En retrouvant son fils, en faisant connaissance avec sa petite-fille, les souvenirs ressurgissent, douloureux. Alors le vieil homme se livre, évoquant avec ses mots, une vie gâchée, une vie terrible.
Non, Charlemagne n’a vraiment pas toujours été gentil.
Pour ce troisième roman, Viviane Roeth réussit à rendre presque attachant le personnage central de son histoire alors que son existence s’y prête peu. Un récit dans lequel se mêlent humanité et ... inhumanité. Confessions pour un baobab est suivi de trois nouvelles sur l’étrangeté des rapports humains, le bonheur et la douleur qu’ils peuvent apporter.
Trois tranches de vie.

anne sabatique.png

Marion est professeur d’histoire géographie, enfin elle le croyait. La trentaine passée, les doutes s’installent, ses amours naviguent entre deux flots, mais elle ne veut pas que sa vie devienne une vie abandonnée.
Alors elle écrit des romans, des tranches de vie. Elle s’accorde une année sabbatique pour remettre les pendules à l’heure. La découverte des carnets intimes de sa grand-mère l’entraîne dans une autre aventure : des surprises, des déceptions, des bonheurs, toutes ces choses qui forment des parenthèses dans notre vie.
Marion dessine des points d’interrogation entre le jamais plus et le toujours autant.

carnet voyage.png

Gisèle, c'est vous, c'est moi. Dans les quelques bouts de vie qu'elle nous dévoile, elle nous offre sa sincérité et sa spontanéité. Sa joie de vivre et son optimisme à toute épreuve, qu'elle donne sans demi-mesure, nous donnent envie de la connaître. D'ailleurs, ne la connaissons-nous pas? En ouvrant grand nos yeux, nous avons sûrement tous côtoyé un jour ou l'autre une Gisèle. Une personne ordinaire dont l'énergie nous conforte dans l'idée que nous sommes tous extraordinaires, avec nos faiblesses et nos forces...

Copie de Geneviève CHUDZIAK.png
bottom of page